Articles Sur la route

Salmon Glacier : une histoire de (mauvaises) indications

29 août 2017
Salmon Glacier, Stewart, BC

La route entre Haines-Junction et Terrace (la seule «grande» ville que nous allions croiser avant le traversier pour Haida Gwaii) passe tout juste devant un embranchement pour la ville de Stewart. Lorsque j’ai vu le nom de cette ville, je me suis retournée vers Francis en lui disant: «Me semble que je voulais que nous arrêtions là, mais nous avions laissé tomber pour je-ne-sais-plus-quelle-raison». En l’absence de réseau téléphonique, nous nous sommes arrêtés à la station-service-café-restaurant-toilettes-publiques au coin de la route pour demander des informations.

British columbia, bc, canada, glacier, salmon glacier

Sur la route vers Terrace, BC

Demande d’information

À cette station-service-café-restaurant-toilettes-publiques, je demande à la caissère (qui jase de la soirée d’hier avec son amie accotée au comptoir) s’il y a quelque chose à voir à Stewart. Elle me répond assez catégoriquement, renchérie par son amie, qu’il n’y a rien à voir sauf une promenade sur le bord de l’eau. Elle ajoute que c’est minuscule comme ville: seulement un bar et deux restaurants.

Je retourne donc à la voiture avec mes informations et nous prenons la route.  J’avoue donc peut-être avoir confondu le nom de la ville avec une autre. Nous n’allions quand même pas faire un tour d’une centaine de kilomètres pour un bar et une promenade en bois. Nous reprenons donc la route.

La surprise

Enfin, nous étions rendus à Terrace. Cette «ville» tant attendue. Nous nous sommes arrêtés à ce qui semblait être le seul café avec du wifi dans le coin: le McDonald’s. Nous faisions donc une rapide recherche Internet sur ce qu’il y a à faire dans les environs. Après avoir exploré ce que le parc provincial Seven Sisters pouvait nous offrir, je tombe sur un titre dans ma recherche Internet qui s’intitule»Bear Glacier». Devinez il est près d’où? STEWART. Je pousse donc la recherche un peu plus loin. Je découvre donc que cette ville a une promenade en bois (elle avait raison sur ce bois la petite caissière), mais aussi le Salmon Glacier. Petit affaire? C’est uniquement le 5ème plus gros glacier au Canada. Je fulminais: «Sérieux, elle pense à me parler de la taverne, mais pas du glacier. C’est certain qu’elle nous niaisait!».

Décisions, décisions

Bon, alors, à la suite des mauvaises informations reçues (comme quoi ça n’arrive pas que dans les médias tout ça), nous devions nous décider à savoir si: 1) nous laissions tomber cette chance de voir ce glacier; 2) nous retournions sur nos pas pour pouvoir l’explorer. Après un calcul non-scientifique de coût-opportunité, nous choisissons l’option 2. Nous retournons donc sur nos pas et faisions donc le trois heures de route afin d’aller à la rencontre de ce glacier.

Stewart, ville fantôme

La route pour se rendre au glacier est un peu curieuse. D’abord, vous arriver à Stewart (bien oui, avec la promenade de bois sur le bord de l’eau). Ensuite, vous allez traverser Hyder (au Canada) pour ensuite traverser à Hyder (aux États-Unis) et ensuite retourner au Canada sur le chemin vers le glacier. Attention! Les États-Unis n’ont pas de poste de douanes, mais le Canada en a un. Assurez-vous d’avoir une pièce d’identité avec vous.

Vous pensez peut-être que nous exagérons avec toutes ces villes fantômes, mais c’est vrai. La ville américaine de Hyder se définit comme «The Friendliest Ghost Town in Alaska» . Bref, les villes «fantômes» ce n’est pas ce qui manquent en Alaska. Il y en a presqu’autant que des glaciers.

Le glacier

En empruntant une ancienne route minière, nous nous sommes rendus à un des points de vue du glacier. Le glacier était immense. La rivière de glace scintillait devant nos yeux juste au moment où le soleil allait trouver refuge derrière les montagnes. Finalement, les quelques détours et les heures de route en avaient valu la peine (une chance, nous direz-vous).  Nous avons donc établi notre camp au point de vue, tout juste devant le glacier. De cette manière, nous allions pouvoir prendre des photos (étoiles, lever de soleil, etc.), et ce, sans trop d’efforts (oui, nous aussi nous sommes paresseux parfois). Même si dormir devant un glacier peut être un peu froid, c’était une belle expérience.

Salmon Glacier, BC, british columbia

Salmon Glacier, BC

Nous sommes restés une journée supplémentaire pour explorer les environs et déguster un excellent gâteau au chocolat à Stewart. Nous avons repris la route vers Terrace après avoir pris quelques clichés du coucher de soleil sur le glacier. Sur la route du retour, les aurores boréales dansaient dans le ciel.

La morale de cette histoire? Trainer une carte.

stewart, bc, toastworks

Toastworks à Stewart

Ces articles pourraient vous intéresser

4 Comments

  • Reply Ginette 19 septembre 2017 at 13 h 58 min

    En fait, la caissière ne voit pas le secteur avec vos yeux ???? de photographes et d’amants de la nature, mais comme un coin perdu d’où elle a hâte de sortir!

    Cette photo avec sa nuances lumineuses et dorées, est parfaite. J’imagine que vous en avez plusieurs autres du soir de la nuit du matin, car pour ma part, quand je suis partie sur un modèle (lire paysage) le temps passé me présente toujours des photos surprenantes et tout à fait différentes sélectionné n les heures et même les minutes. ????????????????

    • Reply Julie Bernard 21 septembre 2017 at 16 h 36 min

      Merci Ginnette! Vous soulevez un bon point. Elle comprenait probablement pas ce que nous cherchions. Une chance que nous avons décidé de faire demi-tour afin d’admirer ce magnifique glacier.

  • Reply Marielle 19 septembre 2017 at 15 h 36 min

    Tout simplement magnifique !!! Il y a des instants qui en valent le détour…

    • Reply Julie Bernard 21 septembre 2017 at 16 h 34 min

      Merci Marielle! Vous avez tout à fait raison. Celui-ci valait bien les kilomètres supplémentaires à l’odomètre.

    Leave a Reply